Retour à l'accueil

Union régionale des Scop Auvergne-Rhône-Alpes

La Démocratie nous réussit

Pour les 80 salariés de Cifea Mkg à Rumilly (74), l’avenir s’écrit en Scop

SCOP / Coopérateur / Pour les 80 salariés de Cifea Mkg à Rumilly (74), l’avenir s’écrit en Scop
 
Print Friendly
30 Mai 2017

Implantée à Rumilly depuis plus de trente ans, Cifea Mkg écrit une nouvelle page de son histoire en devenant une Scop (Société Coopérative et Participative) en mars dernier. Reprise par 80 de ses salariés moins de trois mois après son placement en redressement judiciaire, l’entreprise spécialisée dans le marketing relationnel fait le choix de l’innovation pour rebondir et « prendre en main son destin ».

Créée en 1982 à Rumilly en Haute-Savoie, Cifea Mkg est spécialisée dans le marketing relationnel, et l’un des seuls acteurs de ce secteur en France à proposer une offre globale, couvrant le digital et le papier, et allant du conseil à la gestion de campagne multicanal et services autour de la DATA. Bénéficiant d’une notoriété solide, elle compte parmi ses clients des grands comptes du secteur de l’assurance, de la banque, du retail, des agences, mais également des associations humanitaires.
Après avoir traversé plusieurs difficultés liées, en partie, au contexte économique difficile du secteur de la communication marketing papier et du routage, Ciféa Mkg fait aujourd’hui, en devenant une Scop, le choix de l’innovation pour rebondir et apporter un second souffle à son activité.

4 millions d’Euros mobilisés
Ainsi, dès l’annonce du plan de cession de l’entreprise, un collectif de salariés s’est rapidement formé. Inspirés par l’exemple de la reprise en 2015 de la Scop Alpine Aluminium, ils prennent contact avec l’Union régionale des Scop. Ensemble, ils parviennent à monter, en moins de trois mois, un tour de table financier conséquent de 4 millions d’Euros, dont 1,4 million d’Euros pour le rachat de l’immobilier par Immocoop Rhône-Alpes et la Scop Alma, les 2,6 millions d’Euros restants étant abondés par la société de capital-investissement Transméa, les outils financiers du Mouvement coopératif, Adises Active, Initiative Grand Annecy, le Crédit Coopératif, le CIC, la Lyonnaise de Banque et Facto France, en complément de l’apport en propre des salariés pour le rachat de l’entreprise. Cette offre solide et motivée, garante de la pérennité des emplois et de l’activité de l’entreprise sur le territoire, a permis de faire la différence auprès du Tribunal de commerce, qui avait également retenu une seconde offre de reprise, parmi les quatre déposées.

Un collectif solide et agile
80 salariés, dont 48 salariés-associés, constituent le collectif repreneur, avec une parité parfaite (40 hommes et 40 femmes), et une mixité des profils des associés (production, technique, administration, création, direction…).
« Le choix de la Scop s’est imposé très rapidement, car nous avions envie de prendre en main le destin de l’entreprise, en toute autonomie. Ça a été un levier de remotivation pour les équipes », raconte Flavien Michel de Chabannes, PDG de Ciféa Mkg depuis la reprise de la SA en coopérative. « Nous mettons en place un management radicalement opposé au précédent, cohérent avec nos valeurs, et basé sur la dynamique collective, qui nous permet de proposer à nos clients des solutions agiles et innovantes. La Scop est clairement un moyen de nous différencier sur le marché. Et je constate avec plaisir que ça fonctionne déjà : quand on leur annonce que Ciféa Mkg est maintenant une Scop, nos clients ont des étoiles dans les yeux ! » complète le dirigeant.

Et maintenant ?
Depuis le passage en Scop, les méthodes ont déjà évolué en interne. Une réunion hebdomadaire de toutes les équipes, avec reporting systématique, permet de faire remonter les questions et éventuelles incompréhensions des équipes, dans un souci de simplification des process et de transparence. « La Scop garantissant notre implantation sur le territoire, notre souhait est désormais de nous ouvrir au Mouvement coopératif et aux différents réseaux d’entreprises locaux et régionaux. », conclut Flavien Michel de Chabannes.