Retour à l'accueil

Union régionale des Scop Auvergne-Rhône-Alpes

La Démocratie nous réussit

Faire de sa passion son métier : Scenetec

SCOP / Coopérateur / Faire de sa passion son métier : Scenetec
 
Print Friendly
19 Février 2018

Pour Scenetec, tout a commencé il y a 40 ans, une époque où la technique du spectacle en est à ses balbutiements. En 1977, ils sont 7 à se lancer dans l’aventure. Ils sont éclairagiste, constructeur, directeur technique, ingénieur arts et métiers, couturières… Ensemble, ils décident de s’associer, et signent pour une Scop, car cela correspond à leur idée de partage : partage des compétences, partage des tâches, partage des bénéfices, partage des doutes et des projections aussi. Et forts de leurs multi compétences, ils créent une structure inédite capable de répondre à toutes les demandes techniques du spectacle.

40 ans plus tard, l’entreprise Scenetec s’est bien développée. Elle compte aujourd’hui 21 salariés, dont 16 associés : « Notre but est que chaque salarié.e devienne associé.e de l’entreprise » confie l’actuel dirigeant, Patrice Chaumet. « C’est pour nous une façon d’impliquer en donnant à chacun.e les billes de compréhension de l’entreprise, et préparer la relève, ma relève ». De beaux principes, qu’il n’est pas si facile de faire vivre au quotidien. « Quand on se retrouve, on parle avant tout de technique. Notre principal sujet de discussion, c’est notre métier. Qu’est-ce que vous voulez, on est une équipe de passionnés. »

Faire de sa passion son métier. Scenetec a fait de l’aménagement et de l’équipement scéniques sa spécialité. Eclairage – sonorisation – structure aluminium – scène et couverture – machinerie et serrurerie scéniques – vente – prestation et location de matériel de spectacle : cette couverture complète des métiers de l’aménagement scénique lui permet d’être aujourd’hui la seule entreprise à proposer un service complet, « clé en main ». Forte de cet avantage concurrentiel, l’équipe affiche de belles références à son compteur : l’Amphithéâtre 3000 et l’Opéra de Lyon, la Maison du Japon, la reconstruction de l’Olympia à Paris, le centre culturel au Gabon, au Maroc et puis Alger, sans oublier de nombreuses prestations/locations dont les Nuits de Fourvière, Jazz à Vienne.

Et demain ? « Quand on pense à l’avenir, on met le cap pour parer aux évolutions du marché, on mise sur les nouvelles technologies, on se forme. Mais pas seulement. On se met en ordre de marche pour préparer les départs à la retraite à venir, pour que la vie de la coopérative ne repose pas que sur une seule paire d’épaules ». Une montée en compétence et en autonomie que Patrice Chaumet connaît bien, pour l’avoir expérimentée lui-même. Entré électricien chez Scenetec, il est devenu commercial, directeur commercial puis directeur général.  « Au côté de l’ancien dirigeant de Scenetec, Michel Wiss, j’ai pu faire mes armes » explique-t-il, « j’ai appris la gestion et le management entouré de gens qui partagent la même passion que moi ». Une alchimie propre à Scenetec.