Retour à l'accueil

Union régionale des Scop Auvergne-Rhône-Alpes

La Démocratie nous réussit

La Fourmilière, 1er supermarché coopératif de Saint-Etienne !

SCOP / Tous publics / La Fourmilière, 1er supermarché coopératif de Saint-Etienne !
 
Print Friendly
03 Juillet 2019

1er supermarché coopératif stéphanois, La Fourmilière a officiellement ouvert ses portes début avril 2019. Elle compte déjà plus de 448 coopérateurs et coopératrices surnommés les Fourmis. Une alternative à la grande distribution concrétisée en seulement 2 ans.

Park Slope Food Coop (New York), un supermarché coopératif inspirant

Connaissez-vous l’histoire de Saint-Étienne et les 448 Fourmis ? Tout commence en 2016 avec la diffusion du documentaire sur le Park Slope Food Coop, 1er supermarché coopératif new-yorkais né en 1973. Des habitants stéphanois, inspirés par un tel projet, décident alors de se réunir et se regroupent pour penser ensemble le futur 1er supermarché coopératif de Saint-Étienne. Suite à l’appel à bénévoles des associations Intervals et Zoomacom, les 1ères réunions débutent dès décembre 2016 et s’enchaînent régulièrement autour de groupes de travail. Et les choses avancent vite car un défi se profile à l’horizon : une expérimentation éphémère du supermarché pendant la Biennale du Design de Saint-Étienne, au printemps 2017. L’association Le Supermarché Coopératif de Saint-Étienne est créée dès janvier 2017 et les Fourmis se mettent à l’ouvrage pour préparer le local mis à disposition par la Ville. Un mois plus tard, l’association décide de poursuivre le projet en gouvernance partagée… la coopérative de loi 47 voit le jour en octobre 2018. Et, avant même son lancement, près de 200 Fourmis adhéraient déjà au projet, au point d’atteindre le nombre impressionnant de 448 coopératrices et coopérateurs aujourd’hui !

Quand le client participe à la vie du magasin

Mais comment fonctionne cette Fourmilière ? Nous sommes dans un supermarché particulier où les clients sont également les gérants ! Toute personne peut devenir client-coopérateur, acheter des parts sociales et ainsi prendre part aux décisions importantes de la vie de l’entreprise. La Fourmilière est ainsi gérée directement par ses membres, chacun doit fournir 3h de travail toutes les 4 semaines, pour assurer le fonctionnement et la tenue du magasin. Une équipe constituée d’une salariée et d’un équivalent de trois temps pleins encadre le tout.

Bien plus qu’un supermarché

Mais cela ne s’arrête pas là. La Fourmilière, comme tout supermarché coopératif, porte une ambition : « participer au développement d’une agriculture locale, durable, respectueuse de l’environnement et des producteurs. ». En ce sens, elle se structure autour d’une charte et de principes, fil rouge du développement du magasin. Tout l’enjeu est à la fois d’emmener le plus grand nombre vers une consommation responsable, écologique et de qualité, mais aussi de proposer des produits d’entrée de gamme, pour que chaque public s’y retrouve, sans n’exclure personne. Bien plus qu’un supermarché, La Fourmilière crée du lien entre coopérateurs, producteurs et partenaires : une alternative à la grande distribution.

Un réseau français de supermarchés coopératifs

Acteur du réseau français des supermarchés coopératifs Intercoop, La Fourmilière nous montre que cette histoire ne s’arrête pas là. Inspirée par d’autres projets, pratiques, expérimentations, elle aide à son tour d’autres collectifs pour faire en sorte que leurs idées deviennent réalité. A quand un documentaire sur La Fourmilière pour essaimer le modèle du supermarché coopératif ?