Retour à l'accueil Retour au site internet

Union Régionale des SCOP & SCIC Auvergne-Rhône-Alpes

Actualité

24 Mai 2012

Deux mandats au service de la coopération

 

Le mandat de Bruno Lebuhotel à la présidence de l’Union Régionale des Scop est arrivé à son terme lors de l’assemblée générale du 26 Avril. L’occasion pour nous de revenir sur les douze années qu’il a passé à exercer cette fonctions.

L’arrivée de Bruno Lebuhotel à la présidence de l’Union Régionale des Scop coïncide avec le Congrès de Lyon qui s’est tenu en 2000. Il succède donc à Georges Martin au moment où le mouvement coopératif prend une nouvelle direction, avec l’attribution de nouvelles prérogatives pour les Unions Régionales, dans une logique de décentralisation qui leur confère l’ensemble des compétences opérationnelles, de présence auprès des adhérents et de développement.
Le Conseil National prend également une nouvelle forme, accueillant désormais des représentants des Unions Régionales.
Enfin, les orientations nationales affichent une volonté de développement ambitieuse, pour donner un nouvel élan à la coopération.

Et les 12 années de présidence de Bruno Lebuhotel sont allées dans ce sens, donnant à Rhône-Alpes une stature de premier plan dans le monde coopératif, par une multitude d’actions menées sur différents axes :

La mise en œuvre de projets ambitieux au long cours

–    Création de Transméa (société de capital-risque dédiée à la reprise d’entreprise par les salariés) en 2007, qui a dépassé en 2012 le million d’euros d’engagements financiers cumulés, pour plus de 25 dossiers réussis.
–    Conception et réalisation du projet de pôle coopératif Woopa, dans lequel l’Union régionale a emménagé fin 2011 aux côtés de divers représentants de la coopération, sans solliciter d’argent public.

Une logique de moyens pour une politique de développement réussie

–    Entre 2000 et 2012, le nombre de Scop en Rhône-Alpes est passé de 192 à 326, le nombre de leurs salariés de 2920 à 4900.
–    Dans le même intervalle, les effectifs de l’Union Régionale a développé ont augmenté, passant de 11 salariés à 21.
–    Une politique de communication plurielle et de grande envergure.
–    Présence dans de nombreux salons et évènements qui vont au-delà du champ de l’ESS (Salon des Entrepreneurs, Université d’Automne des Experts Comptables..) visant à assurer une visibilité à tous les étages de la vie économique locale, et la multiplication de contacts professionnels pour un réseau de prescription plus dense.

Des actions pour plus de proximité

–    Développement du réseau d’antennes locales de l’Union régionale à partir de 2002. Aujourd’hui, ces antennes sont au nombre de 20.
–    Organisation de matinées de l’initiative et de réunions d’information sur les territoires.
–    Développement de l’activité d’animation territoriale avec notamment les midis de l’Union Régionale, pour privilégier les rencontres entre Scop et le dialogue avec les coopérateurs
–    Politique de recrutement visant à alléger le portefeuille de chaque délégué, pour un accompagnement optimal des Scop de chacun.

La promotion et le développement de formes originales d’entrepreneuriat

–    L’Union Régionale s’est engagée pour le développement des Coopératives d’Activité et d’Emploi, et a réalisé les objectifs qu’elle s’était fixée lors du congrès de 2000, à savoir l’implantation de 16 CAE dans la région, qui ont accompagné plus de 1500 personnes, pour un CA cumulé de 23 Millions d’euros.
–    L’Union Régionale a également mis la Reprise d’Entreprise par les Salariés au cœur de sa politique de développement et de communication. Marquée notamment par la création de Transméa en 2007, cette orientation clairvoyante a trouvé un écho considérable dans l’actualité. Concrètement, près de la moitié des dossiers accompagnés par l’Union Régionale au cours des trois dernières années concerne des opérations de RES.

Une inscription renforcée dans des réseaux locaux, nationaux et internationaux

–    L’Union Régionale a mené de nombreuses actions dans le cadre de projets européens (EQUAL, PACEREL, ATOUT TPE, autres projets financés par le FSE), a pris part à des évènements du mouvement coopératif québécois, et s’est inscrite en tant que membre actif dans de nombreux réseaux d’accompagnement à la création d’entreprise (LVE, Créafil, PACE, PCCI…). Elle s’est montrée également très active au sein des instances nationales de gouvernance du mouvement, et force de proposition à de nombreuses reprises.
–    L’Union Régionale a participé à de nombreuses manifestations organisées par ses partenaires locaux, notamment à Grenoble, à St Etienne, dans le Val de Drôme ou dans le grand Roanne.
–   Elle entretient également des relations privilégiées avec la Région Rhône-Alpes, notamment partenaire de Transméa.

Un rôle central dans l’Economie Sociale et Solidaire

–    L’Union Régionale a pris une part importante dans la création de la CRESS en 2000, et est restée très impliquée dans sa gouvernance.
–    L’Union Régionale prend part à une majeure partie des évènements organisés par le secteur de l’ESS (Forum de l’emploi et des métiers ESS, Université des Entreprises d’Insertion, Forum des associations).
–    Le pôle coopératif Woopa est amené à devenir un carrefour majeur de l’ESS dans la région.



C’est donc avec le sentiment d’une présidence bien remplie que Bruno Lebuhotel peut désormais se consacrer entièrement à la Scop qu’il dirige : Katene.

 

Partager sur les Réseaux Sociaux
Suivre les Scop sur Facebook Suivre les Scop sur Twitter

Laissez un commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces caractères HTML et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>