Retour à l'accueil Retour au site internet

Union Régionale des SCOP & SCIC Auvergne-Rhône-Alpes

Actualité

08 Novembre 2012

Le parquet fait appel pour SET

 

Mardi, le tribunal de commerce d’Annecy a décidé d’écarter le projet de reprise en Scop de SET (74), au profit de l’offre du groupe américano-singapourien K&S. Le parquet a décidé de faire appel de cette décision. Ci-dessous la dépêche AFP concernant cette procédure.

« Le parquet d’Annecy a annoncé mercredi qu’il allait faire appel de la décision du tribunal de commerce d’Annecy d’écarter le projet de reprise de l’entreprise de composants électroniques SET par ses salariés.

« La décision a été prise hier soir en cohérence avec les réquisitions du parquet à l’audience », a déclaré à l’AFP Eric Maillaud, procureur de la République d’Annecy, au lendemain d’un jugement du tribunal, qui avait préféré opter pour l’offre du groupe suisse Kulicke & Soffa (K&S).

« Face à deux propositions économiquement viables à court et moyen terme, le ministère public a privilégié l’intérêt national. Car il est certain qu’une entreprise étrangère peut partir avec la technologie sous le bras », a expliqué M. Maillaud.

La cour d’appel de Chambéry devrait se prononcer dans « les derniers jours de novembre », a-t-il ajouté.

Basée à Saint-Jeoire-en-Faucigny (Haute-Savoie), SET, entreprise spécialisée dans l’assemblage de composants électroniques de très haute précision, avait été placée en redressement judiciaire en avril 2012.

Trente-deux des 42 salariés de SET (Smart Equipment Technology) s’étaient associés pour monter un projet de reprise sous forme de Scop (société coopérative de production).

Ils avaient reçu le soutien du ministre délégué à l’Economie sociale, Benoît Hamon, qui s’était rendu sur place le 26 octobre.

« Cette entreprise travaille dans un secteur stratégique et de haute technologie, dont la reprise en Scop par les salariés assurerait la pérennité de l’expertise française dans le secteur », a réagi M. Hamon dans un communiqué, après la décision de mardi, en soulignant « la solidité de l’offre des salariés (…) attestée par l’excellence du tour de table financier ».

« Le projet soutenu par la Scop pose question », avait au contraire estimé le tribunal d’Annecy mardi dans son jugement consulté par l’AFP, en évoquant notamment une capacité de financement « minime ».

Le tribunal a contrario qualifie le projet de reprise de Kolicke & Soffa (K&S) de « très solide du fait de la puissance financière et technologique, de l’implantation internationale et de la capacité d’innovation » de ce groupe de composants électroniques.

Fondé en 1951, K&S emploie 2.950 personnes dans le monde avec des implantations aux Etats-Unis, en Suisse, en Israël, en Chine, en Malaisie et à Singapour ».

Pour mémoire, le communiqué de presse présentant les deux offres concurrentes : 2012-10-15-CP_SET 2012

Et le dialogue entre les candidats à la reprise, deux visions du monde qui s’exprimèrent le 17 Octobre dernier : http://bitly.com/S0z51e

 

Partager sur les Réseaux Sociaux
Suivre les Scop sur Facebook Suivre les Scop sur Twitter

Laissez un commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces caractères HTML et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>