Retour à l'accueil Retour au site internet

Union Régionale des SCOP & SCIC Auvergne-Rhône-Alpes

Non classé

05 Mai 2011

Une prime, deux primes, trois primes…

Bruno Lebuhotel, Président de l'Union Régionale des Scop Rhône-Alpes

Bruno Lebuhotel, Président de l'Union Régionale des Scop Rhône-Alpes © Eric Soudan

Le gouvernement cherche à apporter une réponse à la lancinante question du pouvoir d’achat des Français en imposant le versement d’une prime aux salariés pour les entreprises de plus de 50 salariés distribuant des dividendes en hausse à leurs actionnaires. Pour des raisons très différentes, les réactions hostiles à cette proposition sont nombreuses.

C’est finalement une manière assez habituelle chez les tenants de l’idéologie dominante d’éviter de se confronter à la demande croissante dans notre pays de réviser profondément le partage des richesses. On se souviendra de la proposition vite oubliée du Président de la République de répartir cette dernière en trois tiers… reprenant ainsi à son compte le modus operandi de nos SCOP !

Car en effet  une alternative durable existe : la société coopérative et participative.
Une entreprise détenue à plus de 51% par des salariés associés, une gouvernance démocratique sur le principe une personne/une voix, mais aussi une redistribution équitable des richesses produites par l’entreprise : des réserves impartageables pour l’entreprise, une participation obligatoire pour les salariés et des dividendes pour rémunérer leur capital.

Ce modèle repose la question du pouvoir dans l’entreprise, de sa finalité en tant qu’acteur économique, de l’exercice démocratique dans un univers qui aujourd’hui le rejette. Une vision humaniste de la société ne peut pas faire l’économie d’une critique réaliste de nos modes de production et de consommation.

L’Union Régionale des Sociétés Coopératives et Participatives (Scop) milite au sein du Mouvement coopératif à la promotion de ce statut, accompagne les Scop et les Scic (Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif) existantes et soutient la création, la transmission et la reprise des entreprises par les salariés.

Au travers ce blog, nous souhaitons faire partager les valeurs coopératives, expliquer les expériences très diverses de nos entreprises et montrer que nos coopératrices et coopérateurs sont acteurs de leur propre destin.

Partager sur les Réseaux Sociaux
Suivre les Scop sur Facebook Suivre les Scop sur Twitter

1 commentaire

  1. jb73

    Les SCOP se distinguent effectivement par une redistribution équitable des bénéfices entre dividendes aux actionnaires (souvent eux même salariés de l’entreprise), participation (forcément supérieure ou égale aux dividendes), et réserves destinées à assurer la pérennité de l’entreprise à long-terme.

    Mais le statut SCOP permet aussi, par son mode de gouvernance démocratique, de mettre en oeuvre des politiques salariales équitables et reflétant la contribution de tous aux performances de l’entreprise : les salariés coopérateurs ont le pouvoir de décider démocratiquement, en assemblée générale, de la rémunération des dirigeants. Aussi, alors même qu’aucune obligation légale n’existe en la matière, l’échelle moyenne des salaires dans les SCOP va de 1 à 4, ce qui signifie que le salarié le mieux payé perçoit au maximum quatre fois plus que son collaborateur le moins bien rémunéré.

    A l’heure où les inégalités salariales n’ont jamais été aussi criantes, et où l’indécence des salaires de certains fait débat, les spécificités salariales observées dans les SCOP devraient être mises en avant pour montrer toute la pertinence et l’actualité du modèle coopératif qui ne cesse de prouver que la performance économique et financière d’une entreprise va de pair avec une politique de redistribution des richesses équitables entre apporteurs de capitaux, apporteurs de travail, et au sein même de ces derniers.

Laissez un commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces caractères HTML et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>