Retour à l'accueil

Union régionale des Scop Auvergne-Rhône-Alpes

La Démocratie nous réussit

Papilles et Papote régale la Vallée de Chartreuse

SCOP / Tous publics / Papilles et Papote régale la Vallée de Chartreuse
 
Print Friendly
14 Janvier 2020

Elles sont trois à l’origine du projet : une structure à multiples facettes qui manquait jusqu’à présent en Vallée de Chartreuse.

Restauration, distribution de paniers bio et locaux, programmation culturelle, bistrot, et bientôt épicerie… voici Papilles et Papote, en Scop depuis l’été dernier à Entre-Deux-Guiers !

Il y a 3 ans, Flore, Virginie et Geneviève se lancent dans un projet de restaurant/épicerie/gîte en Vallée de Chartreuse, en réponse à un appel d’offre. Elles se font alors accompagner par le GRAP (Groupement Régional Alimentaire de Proximité). Si le projet n’est finalement pas retenu, les trois entrepreneures gardent en tête l’idée initiale.

Une première occasion se présente à elles en 2018 : la Ferme de la Berthe, à Saint-Franc, doit mettre son activité de distribution de paniers bio en hibernation pendant l’hiver. Flore, Virginie et Geneviève se proposent alors de reprendre la main sur l’activité, d’abord sous forme associative, pour assurer une distribution tout au long de l’année, sur quatre points de retrait. Et c’est un succès ! D’une quarantaine de paniers distribués au départ, une petite centaine est écoulée aujourd’hui…

En parallèle, elles se mettent en quête d’un local pour leur restaurant, au cœur du village d’Entre-Deux-Guiers. C’est chose faite et depuis le 7 août, Papilles et Papote a ouvert, sur la place centrale du village. Ouvert tous les jours le midi du lundi au samedi, et les mercredi, vendredi et samedi soir, le bistrot-restaurant est à la fois un lieu de vie et de partage, avec une offre culturelle un vendredi/mois (lectures, théâtre, concerts…), et un restaurant proposant une cuisine créative, de saison, avec des produits locaux pour la plupart bio.

« Nous avons toujours l’idée d’ouvrir une épicerie, pour proposer les produits bio et locaux des paniers en accès direct, et élargir la gamme disponible », complète Geneviève Farez, l’une des deux co-gérantes. « Cela devrait se concrétiser au printemps prochain, dans le local juste à côté du restaurant ! »

La Scop, qui compte déjà aujourd’hui 3 salariées-associées et une personne en temps partiel en cuisine, espère employer à terme 5 ETP (Equivalent Temps Plein).