Retour à l'accueil Retour au site internet

Union Régionale des SCOP & SCIC Auvergne-Rhône-Alpes

Non classé

26 Mai 2011

C'est entre leurs mains ! Mariana Otero

Mariana Otero

« Au départ, je voulais faire un film dans un lieu où les gens essaient de bousculer les règles, de faire une mini révolution sans attendre le grand soir.  Un jour, je suis tombée sur un article sur les coopératives et je me suis dit que c’était le lieu adéquat pour filmer cette transformation : des salariés qui décident de prendre l’avenir entre leurs mains, d’entrer au capital de leur entreprise et de la diriger ensemble. J’ai eu envie de raconter cette histoire et je me suis dis que le mieux serait d’arriver au moment de la naissance du projet : est-ce qu’on y va ou pas ? Est-ce qu’on prend le risque d’investir un mois de salaire ? Comment arrive-t-on à se sentir capable ?
J’ai rencontré toutes les Union régionales et finalement j’ai choisi de suivre dans la région Centre les salarié(e)s d’une petite entreprise de lingerie féminine en crise qui tentent de la reprendre en SCOP. Outre la diversité des salariés et des métiers, c’est aussi le décor qui m’a décidé dans mon choix. J’ai trouvé qu’avoir en toile de fond des sous-vêtements pour un film politique sur les problématiques de l’économie allait apporter une touche de légèreté.

« Pourquoi voulez-vous faire un film sur nous ? »

Au début du film, les salariées me disaient qu’elles ne comprenaient pas ce que je venais faire là, que leur histoire n’était pas intéressante. Et puis je les ai vues se transformer au fur et à mesure que le film avançait. Plus les salariées avaient à affirmer le choix du projet SCOP, plus elles s’affirmaient au sein de leur entreprise, et plus alors elles faisaient preuve de liberté devant la caméra.  Informé(e)s, les salarié(e)s  finissent par parler de dividendes et de bénéfices comme si elles en avaient toujours parlé, ce qui renvoie à la question de la démocratie dans l’entreprise et de l’information.

« C’est seulement parce qu’on y croit que ça va marcher »

Au fur et à mesure que les jours ont passé, il s’est opéré une symbiose entre les deux projets, entre la création de la coopérative et la création du film. Pour faire un film, il faut y croire ; pour créer une coopérative, comme dit l’un des salariés, « il faut y croire et c’est seulement parce qu’on y croit que ça va marcher. »
Dans ce film, il n’y a pas de voix off, pas de discours. Je ne voulais pas projeter mes propres a priori. Mais force est de constater que « le projet SCOP » a changé complètement le rapport au travail de ces salarié(e)s. Non seulement ce n’est pas une utopie, mais il a favorisé leur prise de confiance, leur permettant de voir leur entreprise depuis une autre perspective : « c’est beau vu d’en haut ».

Mariana Otero, documentariste, réalisatrice de Entre nos mains, 2010

Partager sur les Réseaux Sociaux
Suivre les Scop sur Facebook Suivre les Scop sur Twitter

Laissez un commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces caractères HTML et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>