Bienvenue sur le site de votre Union Régionale

MADCATS, LA NOUVELLE BANDE DE CHATS CRÉATIFS

26 08 2020
scop madcats

MADCATS, LA NOUVELLE BANDE DE CHATS CRÉATIFS

Faire prendre conscience sur le danger de la surconsommation, créer de l’impact social positif et agir pour réduire l’impact de la publicité sur notre société, tels sont les objectifs de la coopérative Madcats. Comme le Chat du Cheshire du roman « Alice au Pays des Merveilles » qui comprend Alice et lui donne des indications pour le chemin, les quatre Madcats de l’équipe sont prêts à indiquer des nouvelles solutions et alternatives à leurs clients, tout en répondant aux enjeux sociaux et environnementaux d’aujourd’hui.

Madcats est un studio créatif, composé de créateurs d’illustrations, designers d’animations et développeurs d’applications. Ils proposent des services à la fois pour la communication print et digitale. Cela comprend la conception des sites web et applications mobiles, le design des supports de communication et la création des vidéos en motion design. Mais ce studio n’est pas comme les autres. Positionné à Lyon et à Marseille, il travaille au service des projets d’intérêt commun : bénéfiques pour l’environnement, la culture et la société.

madcats scop
Création graphique : Madcats

 

Pourquoi l’apparition d’un tel studio créatif ? La réponse est simple : « la publicité nuit gravement à la santé » de l’environnement. Les études montrent que « le numérique émet aujourd’hui 4% des gaz à effet de serre du monde, soit davantage que le transport aérien civil. ». Tandis que les agences de communication ne se posent aucune limite dans la production des supports de communication en papier, de son côté, la publicité nous incite à consommer toujours plus. C’est de là qu’émerge notamment le problème de la surconsommation.  En effet, de la production de la publicité jusqu’à la consommation du produit, l’impact écologique est rarement pris en compte.

 « Une mobilisation individuelle et citoyenne doit se faire sur ces questions, mais nous pensons que c’est avant tout au secteur privé de revoir ses modes de production », affirme Madcats.

Quelles alternatives ?  

Pour apporter des solutions réelles à ces problématiques, le studio effectue une double activité de recherche et de production. Les recherches sur la réduction de l’impact écologique se font en interne avec les propres moyens et connaissances de l’équipe.

Par exemple, Jérémie Richard, un des créatifs de l’équipe, nous partage qu’ils expérimentent des techniques d’impressions plus écologiques : « On essaie de développer les cartes de visites et les marques pages un peu à l’ancienne, en utilisant l’impression à la main, des papiers recyclés, des peintures à l’eau ou de l’impression avec des tampons ». Le digital est un aspect un peu plus technique mais il y a toujours des alternatives : « Les sites qu’on crée sont hébergés à proximité, on essaie de limiter leur consommation en termes d’énergie ». Pour favoriser l’économie locale et solidaire, ils refusent également de travailler avec des sous-traitants qui sont loin du lieu de la demande.

Vers un changement externe mais aussi interne

Mais qui se cache derrière ce projet innovant ? La bande de chats est représentée par Antoine et Alban, travaillant sur la partie technique des projets, ainsi qu’Alexandre et Jérémie, sur la partie créative. A la naissance de ce studio créatif, leur but premier était de montrer qu’une entreprise, surtout dans le domaine publicitaire, est capable de se responsabiliser afin de répondre aux enjeux sociaux et environnementaux.

équipe scop madcats
Création graphique : Madcats

Peu après la création de leur entreprise, ils ont décidé de se transformer en Scop. Au départ, ils avaient opté pour une entreprise classique, mais très vite une question importante a pris la place dans les esprits des quatre salariés :

« On ne savait pas comment construire l’entreprise, donc on nous a conseillé de créer une entreprise classique mais on s’est demandés quelle est la place des personnes, de chacun de nous, dans cette entreprise ».

Transformation en Scop

En effet, les quatre membres de l’équipe cherchaient une horizontalité dans leur mode de travail, la gouvernance et la prise des décisions, un élément qu’ils ne trouvaient pas dans le modèle d’une entreprise classique. D’un autre côté, le modèle coopératif correspondait à leurs valeurs, le lien de subordination et le principe de la hiérarchie s’effaçaient dans la Scop.

Une fois la transformation faite, leur accompagnement en tant que coopérative a commencé :

« L’accompagnement nous a appris énormément sur les systèmes des entreprises, sur les rôles de chacun, la manière de gérer une entreprise. Grâce à cet accompagnement on a pu apprendre comment organiser l’entreprise. »

L’humain au centre de l’entreprise

Depuis leur transformation en Scop, l’humain est mis au centre de l’entreprise : les quatre salariés sont aussi quatre personnes et quatre associés, tous responsables et décisionnaires dans la structure. La coopérative leur permet de supprimer la hiérarchie, de répartir équitablement les ressources, de prendre les décisions ensemble à poids égal. Pour Jérémie, leur structuration interne est particulière. Il l’appelle « libérée », un endroit où chacun peut exprimer ses envies et ses inspirations :

« Selon Fréderic Laloux, on y trouve plusieurs structures humaines, découpées en fonction progressions humaines. Il y a les structures rouges (autoritaires), ambres (basées sur le principe hiérarchique comme les armées), oranges (structures classiques du modèle capitaliste), vertes (les associations qui sont responsables devant la société) et opales – ces organisations ont leur propre raison d’être, guidée par les personnes qui les composent et les employés peuvent être pleinement eux-mêmes dans leur travail. Nous visons une telle structuration. »

Au niveau des missions, chacun des quatre associés est spécialisé dans son métier mais ils partagent tous leurs compétences et savoir-faire entre eux. L’objectif est de transmettre de bonnes pratiques et connaissances en fonction des volontés de chacun : « Ce n’est pas parce que je suis créatif que je ne peux pas apprendre le codage », partage Jérémie.

Envie de changer la mentalité

Madcats se différencie des autres acteurs dans les domaines de la communication, de la publicité et de la création. L’équipe travaille surtout pour des projets qui correspondent à leurs valeurs mais ils ne sont pas fermés aux autres, au contraire :

« On ne va pas refuser le client mais le mener vers des nouvelles solutions, lui parler de notre conscience et construire des alternatives ensemble. On a envie de s’y confronter pour pouvoir changer les mentalités des entreprises »

De plus, au-delà des demandes de leurs clients, l’équipe travaille souvent sur des projets nés en interne dont la finalité est un fort impact social et culturel. Un exemple, le projet « All Cats are beautiful » qui représente une histoire écrite à 5 mains. Pour l’instant en phase de développement, l’objectif de l’équipe est de créer une plateforme d’écriture collaborative qui, plus tard, pourrait se transformer en outil pédagogique pour les professeurs, notamment pour orienter et inciter les étudiants vers l’écriture.

Rendez-vous sur le site internet « All Cats are beautiful » pour en savoir plus.

madcats scop all cats are beautiful
Création graphique : Madcats

 

Les dernières actualités

TCS, Scop iséroise emblématique installée à Pont-de-Claix, fête ses 40 ans

L’entreprise coopérative TCS (pour Tôlerie Câblage de Seyssinet) fête ses 40 ans cette année. La Scop, une des plus anciennes d’Isère, est née d’une révolte. Celle des ouvriers de la société Rabilloud, qui avaient décidé de reprendre leur entreprise, après l’annonce d’une vague de licenciements et au terme de 4 mois de grève et d’occupation de leur usine. Aujourd’hui, ses 35 salarié·e·s ont les regards tournés vers l’avenir : nouveaux investissements, recrutements… preuve que la solution coopérative était résolument la bonne !
Lire plus...

Avec 50 nouvelles entreprises, le modèle coopératif continue d’inspirer en Auvergne-Rhône-Alpes

Après deux années marquées par un intérêt croissant porté au modèle coopératif, considéré comme une réponse aux crises sociétale et environnementale, l’Union régionale des Scop et Scic Auvergne-Rhône-Alpes annonce des chiffres 2021 favorables. 50 entreprises ont ainsi fait le choix de la coopération dans la région, générant ou consolidant 254 emplois. Forte de cette dynamique, l’Union régionale poursuit son développement sur les territoires avec l’ouverture de sa nouvelle agence des pays du Sud à Valence, après celles des Pays d’Auvergne et des Pays Alpins. L’Assemblée générale annuelle, qui réunira environ 180 participant·e·s le 1er juillet au Domaine des Clévos à Etoile-sur-Rhône (26), sera l’occasion de fêter cet événement.
Lire plus...
prev
next