Bienvenue sur le site de votre Union Régionale
La force du réseau

Reprise de Dietal : le projet de Scop écarté. Mais à quel prix ?

07 01 2021
reprise de dietal projet scop ecarte

 

L’Union Régionale des SCOP Auvergne-Rhône-Alpes s’était positionnée aux côtés de salariés de l’entreprise DIETAL, à Saint-Georges-de-Mons (63), dans le cadre d’un projet de reprise sous forme coopérative. Dans sa délibération du 5 janvier 2021, le Tribunal de Commerce de Clermont-Ferrand a bien pris acte de la stratégie différenciante de développer une approche du marché en direct et un prix de rachat de l’entreprise supérieur aux deux autres offres émises par VELUM et DIETSCHI-TTH. Néanmoins, la position étonnante du CSE en faveur de Dietschi-TTH a été un élément qui a fait basculer la décision vers ce dernier.

L’industrie est un secteur fondamental pour maintenir la souveraineté d’un Etat. Le premier confinement lié à la Covid-19 en a été un révélateur. Le projet de Scop porté par les salariés repreneurs s’inscrivait dans cette démarche de réindustrialisation française basée sur l’innovation, puisqu’elle avait l’ambition de promouvoir, sous sa propre marque, une production à haute valeur ajoutée et génératrice de marge. Le projet porté par les salariés repreneurs misait sur l’innovation, se donnait les moyens d’assurer sa R&D et non une simple sous-traitance, telle que l’envisage Dietschi-TTH. Signe révélateur : le projet porté par Dietschi-TTH se fera ainsi sans le Responsable R&D de Dietal, qui représente par ailleurs la France au sein de la Commission électrotechnique internationale.

L’URSCOP Auvergne-Rhône-Alpes avait été sollicitée, dès fin août 2020, par un collectif de DIETAL. « L’analyse de la viabilité du projet nous avait rapidement convaincus » rappelle Meryem Yilmaz, Déléguée générale. « Par son ancrage territorial, mais, encore plus, par le projet industriel et l’équilibre économique cohérent qui en découlait, nous avions rapidement pu fédérer des financeurs. C’est notre marque de fabrique à l’URSCOP : assurer un montage financier (5 350 000 € dans le cas de Dietal) qui privilégie l’apport en fonds propres (titres participatifs, remboursables à 7 ans à l’initiative de l'entreprise et selon ses capacités) et quasi-fonds propres à l’emprunt. Pour DIETAL, sur le plan de financement cela représentait 45% »

Par ailleurs, LS Services, une SCOP de services de 750 salariés s’était positionnée pour accompagner la stratégie commerciale et de services afin d’apporter une solution clé en mains aux clients de DIETAL et apporter, en capital et titres participatifs, 500.000 €, à la future SCOP.

Nombre de clients ont apporté leur soutien au dossier qui avait été déposé dans le cadre de la reprise. La dimension partenariale était également un angle essentiel, à l’instar de certains leaders dans l’éclairage qui évoquaient être persuadés que le développement pouvait passer par la mise en œuvre de projets collaboratifs, alors que, précédemment, « dans un modèle OEM à 100%, il y avait peu d’intérêt à collaborer puisque la stratégie des anciens actionnaires n’était pas favorable ». Pour d’autres, « l’arrivée d’un repreneur concurrent serait rédhibitoire dans la poursuite d’une collaboration avec DIETAL ».

Les trois porteurs du projet avaient associé 76 salariés (sur 137), prêts à s’engager dans un esprit coopératif, et à assurer la sauvegarde de 113 emplois. Tous trois, responsables commercial, R&D et production, vont désormais quitter l’entreprise pour se tourner vers d’autres buts. L’Union Régionale des Scop, pour sa part, se projette sur d’autres projets de création et de reprise d’entreprises sur la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle s’engage auprès de celles et ceux qui font la réussite d’une entreprise, sa pérennité : les salarié.e.s. Elle s’engage pour une économie sociale, solidaire et performante, qui mise sur les énergies internes et les réussites collectives. Et les résultats sont là. Rappelons les 72% de pérennité à 5 ans pour les entreprises coopératives (contre 60% pour l’ensemble des entreprises françaises).

Contact presse : Marie-Luce Bozom / 06 15 15 63 20

Les dernières actualités

Construction Bois Alternative développe l’habitat écologique et durable en Scop

En novembre dernier, après plusieurs années en tant que micro-entrepreneurs, Jean-Baptiste Bergonzoli et Benoît Rode ont décidé de sauter le pas : associant leurs savoir-faire en construction paille et maisons ossature bois, ils ont créé la Scop (Société Coopérative et Participative) Construction Bois Alternative à Chas, près de Billom. Un statut qui correspond à leur philosophie : promouvoir des matériaux de construction innovants, écologiques et durables, provenant essentiellement de circuits-courts.
Lire plus...

L’Atelier Pop Corn, pionniers de l’Assistance à Maîtrise d’Usage, œuvre pour le mieux vivre ensemble

C’est en décembre dernier, prenant le contrepied de la morosité économique ambiante, que Stéphanie Cagni et Amélie Mariller ont décidé de prendre leur envol. Embarquant avec elles leur salarié, Paul Bendahmane, les co-gérantes ont créé la Scop Atelier Pop Corn, à Lyon, après 3 années passées à tester leur activité au sein de la Coopérative d’Activité et d’Emploi Escale Création. Spécialisé dans l’Assistance à Maîtrise d’Usage, l’Atelier Pop Corn fait dialoguer ceux qui conçoivent, construisent et vivent les territoires et redonne une place aux habitants et citoyens dans la transformation de leur cadre de vie.
Lire plus...

Scopen, à Loriol, promeut la solution opensource pour accompagner la transformation digitale des entreprises

En juin dernier, au sortir du premier confinement, naissait une nouvelle Scop (Société Coopérative et Participative) dans la Drôme : Scopen, spécialisée en logiciels libres, et créée par quatre anciens collègues. Fortement ancrés dans les valeurs de partage, de solidarité, et d’équité portées par le mouvement coopératif, les quatre associés entendent démocratiser les solutions opensource à destination des entreprises, dans un contexte de développement des besoins numériques.
Lire plus...

Ils se sont lancés en 2020 : en Auvergne-Rhône-Alpes, la coopération saisit la crise au bond

Si la crise sanitaire de ces derniers mois impacte indéniablement tous les pans de l’économie, force est de constater qu’elle n’a pas marqué un coup d’arrêt dans la création d’entreprises coopératives en Auvergne-Rhône-Alpes. Au contraire, elle a même permis à de nombreux entrepreneur·e·s de mûrir leur projet, et, bien accompagnés, de se lancer, transformant les difficultés en opportunités. Ainsi, 25 nouvelles coopératives ont été créées en 2020 dans la région, permettant la création ou le maintien de 82 emplois. Parmi elles, l’Atelier Pop Corn (69), Scopen (26) ou encore Construction Bois Alternative (63) répondent aux nouveaux enjeux sociétaux et environnementaux soulevés par la crise.
Lire plus...
prev
next